Accueil

Brie, à la pointe du pinceau

Le Briard Luis Caballero Montanary a réalisé les aquarelles qui figurent sur les nouveaux panneaux explicatifs installés autour du Vieux-Château. Rencontre avec un peintre talentueux.

« Je ne suis pas un aquarelliste. Je suis un médecin qui dessine. »
 Luis Caballero Montanary, 60 ans, est arrivé à Brie-ComteRobert il y a presque six ans, pour y pratiquer la médecine. Arrivé du sud de l’Espagne avec son épouse Nuria, il est médecin du travail. Mais dans son temps libre, Luis Caballero Montanary s’adonne à un loisir dans lequel il excelle : l’aquarelle. « Pour moi, c’est la meilleure manière de se relaxer et de lutter contre le stress », explique-t-il. « Je mène ma vie normalement, mais j’ai toujours avec moi mon sac à dos avec mon matériel de peinture. Quand j’ai un peu de temps à tuer, je dessine. » Luis Caballero Montanary a toujours pratiqué la peinture. Mais il s’est lancé dans l’aquarelle en s’installant à Brie. À la différence de la peinture à l’huile, qui demande beaucoup de temps, de matériel et surtout de bénéficier d’un vrai atelier, l’aquarelle peut se pratiquer très simplement. « Quand j’ai su que j’allais changer de vie et de pays, j’ai voulu commencer un projet artistique différent. Le premier dessin que j’ai fait en arrivant en France, c’est l’église Saint-Etienne. Le second, c’est le château. »

Le long des douves 

Un intérêt pour le patrimoine qu’il partage avec son épouse Nuria, qui est bénévole à l’association des Amis du Vieux-Château. Au printemps dernier, lorsque l’association commence à travailler sur le projet d’installer des panneaux explicatifs autour du monument, c’est elle qui suggère le nom de son mari pour réaliser les illustrations. Plusieurs mois de travail et de très nombreuses esquisses seront nécessaires pour arriver au résultat final, que vous pouvez admirer en cheminant le long des douves. « La difficulté, c’était d’obtenir un niveau de détail suffisant pour respecter la vérité historique. J’ai ma propre interprétation d’artiste, mais il ne faut pas perdre de vue que le protagoniste principal, c’est le château. »

Un amateur heureux

Sur un banc, à la terrasse d’un café ou même au coin d’une rue, Luis Caballero Montanary immortalise le monde qui l’entoure avec ses pinceaux. Depuis son installation à Brie, il a rempli une dizaine de carnets noirs de toutes tailles. « Ces carnets racontent mon histoire. C’est comme un album photo, mais dessiné. »
 La peinture est une passion qu’il a toujours connue. « Quand j’ai débuté mes études, j’ai hésité entre les beaux-arts et la médecine. Puis j’ai réalisé que je pouvais être un médecin qui pratique les beaux-arts, mais pas l’inverse. Je suis donc resté un amateur. Mais un amateur heureux. »