Accueil

Une championne de France à Brie !

Raphaëlle Vienne, du SCB Tir, vient d’être sacrée championne de France de tir au pistolet. Un résultat qui récompense vingt ans de pratique passionnée.

Une minute pour charger son arme, et seulement 10 secondes pour abattre cinq cibles basculantes. Les mêmes que celles utilisées pour le biathlon. Autant dire qu’il ne faut surtout pas trembler pour espérer faire mouche ainsi, à 10 mètres de distance. À Besançon, en février dernier, Raphaëlle Vienne a surpassé toutes ses concurrentes en remportant le titre national de tir, en catégorie « pistolet vitesse 10 mètres Dames 1 ». Elle s’est même offert le luxe de battre en finale Céline Goberville, médaillée olympique et membre de l’équipe de France. « Mon objectif en arrivant à Besançon, c’était de finir dans le top 10 », raconte la licenciée du SCB Tir. « Ayant déjà obtenu des médailles dans le passé, je savais que j’avais un coup à jouer. J’ai réussi à me qualifier pour la finale, même si je n’étais pas très satisfaite de ma prestation. Mais une fois en finale, c’est comme si on repartait de zéro ! Alors je me suis reconcentrée. Et derrière moi, pour me soutenir, il y avait mon club, mes entraîneurs, mon mari. Il a fallu canaliser toute la pression, mais à l’arrivée, c’était un moment magique ! »

Se surpasser

Âgée de 31 ans, Raphaëlle Vienne pratique le tir sportif depuis vingt ans. « C’est le frère d’une amie d’enfance qui m’a proposé d’essayer. Comme j’aimais déjà beaucoup tirer à la carabine à plombs à la fête foraine, je ne me suis pas faite prier ! On m’a proposé de tester le pistolet. Ça m’a plu immédiatement et depuis, je n’ai jamais arrêté ! » Depuis, elle pratique assidûment et accumule titres, médailles et records, au niveau départemental, régional et national. Une passion toujours intacte pour cette compétitrice née : « Assez rapidement après mes débuts, j’ai réalisé que je pouvais obtenir de bons résultats. Je me suis rendue compte que ce sport était vraiment fait pour moi. J’aime me surpasser, et sur le pas de tir, on livre surtout un combat contre soi-même ! »

Défendre son titre

Pour pratiquer ce sport aussi physique que cérébral, il faut avoir une bonne capacité de concentration ainsi que de l’endurance, les épreuves durant entre 40 minutes et une heure. « Et, un bon bras, évidemment ! », indique la championne. « Ce qui me plaît dans le tir, c’est qu’il faut apprendre à gérer ses émotions. C’est une remise en question à chaque plomb tiré. En compétition, il faut réussir à se mettre dans sa bulle. C’est justement l’une de mes principales qualités : j’arrive assez facilement à faire abstraction du négatif. Si je rate une cible, je parviens à rebondir facilement et à me reconcentrer sur la suivante. » Bien entourée par ses proches et par ses entraîneurs, Fabienne et Dominique Maquin, Raphaëlle Vienne n’est pas prête d’abandonner la compétition : « Si je remets mon titre en jeu l’an prochain, c’est pour le défendre et pour le regagner ! »